Les plus petites crèches au monde

»Un artiste né de la douleur

C’est en 1942 qu’un jeune homme de 23 ans originaire de Castellammare di Stabia, Antonio Maria Esposito, entre au séminaire, poussé par une sincère vocation religieuse. Ce sont des années difficiles, des années de guerre. Quelques mois plus tard, sa mère, à laquelle il est très attaché, décède. La douleur et la crise spirituelle qui suivent sa perte semblent insurmontables, du moins jusqu’à ce qu’elles ne deviennent le commencement d’un voyage à travers l’art et la beauté qui perdurera tout au long de sa vie. Dans une boite à médicaments ayant appartenue à sa mère, le jeune homme crée en effet une minuscule crèche: un hommage vibrant à la mémoire de la personne aimée et à la Vierge qui l’aide à retrouver la paix et la sérénité. Mais c’est également le premier essai d’un artiste qui, à travers les années, perfectionnera une technique tout à fait originale afin de réaliser des crèches toujours plus petites.

Oeuvre n.1

La première crèche, créée en 1942, possède déjà toutes les caractéristiques que l’artiste développera avec le temps: la profondeur d’un paysage dominé par la nature, et la représentation de la Nativité comme un moment tendre et fragile, dans lequel les Rois Mages semblent agir en bouclier protecteur.

»Une nouveauté dans l’histoire de la miniature

Don Antonio a inventé pour la création de ses minuscules œuvres d’art une technique toute particulière. Les personnages les plus “grands” mesurent 5 mm tandis que le plus petit, l’Enfant Jésus réalisé dans une graine de chanvre, mesure 1,2 mm. Les corps sont faits de fins filaments de peinture à l’huile séchés durant deux mois environ, jusqu’à obtenir une consistance qui leur permette d’être modelés. En temps normal, l’artiste utilisait des pincettes et des bistouris de microchirurgie, mais il lui arrivait de créer lui-même de petits scalpels. L’un d’eux, ainsi qu’une loupe, sont conservés au Museodivino. L’utilisation de peinture pure pour sculpter les figures humaines pourrait être une première dans l’histoire de l’art de la miniature. Les têtes et les mains des personnages sont quant à elles réalisées à partir de grains de pulpe de poire sur lesquels Don Antonio dessinait les yeux, la bouche et les cheveux à l’aide d’un pinceau doté d’un seul crin. Certains détails de ces miniatures ne sont visibles qu’après agrandissement photo. Les paysages sont faits d’éléments naturels: minuscules branches et feuilles, pistils, bourgeons, mousse…tous ces matériaux organiques ont été trempés dans de la térébenthine de manière à ce qu’ils ne se détériorent pas avec le temps.

Oeuvre n.2

Il s’agit de la plus “grande” crèche créée par Don Antonio. Elle se trouve à l’intérieur d’une noix de coco et comporte plus de vingt personnages, trois villages, un pont, deux sentiers ainsi qu’une grotte, des animaux, le ciel, un petit lac et une cascade!

»Une nouveauté dans l’histoire de la miniature

Don Antonio a inventé pour la création de ses minuscules œuvres d’art une technique toute particulière. Les personnages les plus “grands” mesurent 5 mm tandis que le plus petit, l’Enfant Jésus réalisé dans une graine de chanvre, mesure 1,2 mm. Les corps sont faits de fins filaments de peinture à l’huile séchés durant deux mois environ, jusqu’à obtenir une consistance qui leur permette d’être modelés. En temps normal, l’artiste utilisait des pincettes et des bistouris de microchirurgie, mais il lui arrivait de créer lui-même de petits scalpels. L’un d’eux, ainsi qu’une loupe, sont conservés au Museodivino. L’utilisation de peinture pure pour sculpter les figures humaines pourrait être une première dans l’histoire de l’art de la miniature. Les têtes et les mains des personnages sont quant à elles réalisées à partir de grains de pulpe de poire sur lesquels Don Antonio dessinait les yeux, la bouche et les cheveux à l’aide d’un pinceau doté d’un seul crin. Certains détails de ces miniatures ne sont visibles qu’après agrandissement photo. Les paysages sont faits d’éléments naturels: minuscules branches et feuilles, pistils, bourgeons, mousse…tous ces matériaux organiques ont été trempés dans de la térébenthine de manière à ce qu’ils ne se détériorent pas avec le tempselementi naturali: rametti, foglioline, pistilli, gemme, muschio… tutti i materiali organici, come i granelli di polpa di pera, furono immersi nella trementina, così da non deteriorarsi nel tempo”

Oeuvre n.2

Il s’agit de la plus “grande” crèche créée par Don Antonio. Elle se trouve à l’intérieur d’une noix de coco et comporte plus de vingt personnages, trois villages, un pont, deux sentiers ainsi qu’une grotte, des animaux, le ciel, un petit lac et une cascade!

»Les crèches de Naples ne sont pas toutes des crèches napolitaines

Naples=crèches

Crèches=Naples

En voilà une vérité scientifique incontestable concernant l’histoire de la crèche!

Mais attention, les crèches de Naples ne sont pas toutes des crèches napolitaines… et toutes les crèches napolitaines ne sont pas réalisées à Naples. Une nouvelle façon de concevoir la crèche nait en effet entre 1600 et 1700 dans la ville napolitaine, devenant une nouvelle tradition. Voilà donc ce que c’est qu’une “vraie crèche napolitaine”, de laquelle dériveront ensuite les deux styles que l’on connait aujourd’hui: la crèche napolitaine “populaire” et la crèche napolitaine “savante”.  Beaucoup de gens ont écrit à ce propos, et nous n’avons pas la place pour le développer ici. Cependant, nous renvoyons les passionnés à notre blog, qui s’occupe également de ce vaste sujet. Mais la question reste la même: les crèches de Don Antonio sont-elles des crèches napolitaines? Des crèches napolitaines “populaires” ou des crèches napolitaines “savantes”? Ou bien seraient-ce des crèches faites à Naples, mais non napolitaines? Quelle est la différence? Et quel en est le sens profond?

Oeuvre n.3

Crèche dans une coquille d’œuf montée sur base de sel. L’œuf et le sel sont deux symboles évangéliques. Cette œuvre a également un ancêtre important: il s’agit de la crèche en coquille d’œuf conservée au Musée de San Martino, que nous pouvons voir ci-contre. Peut-être Don Antonio a-t-il voulu rendre hommage à cette tradition avec ces deux crèches contenues dans des coquilles d’oeufs, l’une datant des années ’70 et l’autre des années ’90. Leur structure est cependant tout à faite différente de celle de l’oeuvre exposée à San Martino. La crèche de la Collection Same, par exemple, a pour cadre le Moyen-Orient, comme on peut le remarquer en observant les palmiers et la forme des minuscules maisons.

»La plus précieuse: une crèche au Vatican

En 1992, à l’occasion de la visite du pape Jean-Paul II à Castellammare di Stabia, Don Antonio décide de lui rendre hommage avec l’une de ses crèches. D’habitude réservé et réticent à montrer ses minuscules œuvres, nous le voyons ici sourire timidement au moment d’offrir sa création. La crèche, contenue dans une géode de quartz noir, est encore aujourd’hui au Vatican. Sa “jumelle”, soit la seconde moitié de la même pierre, se trouve quant à elle au Museodivino de Naples.

Oeuvre n.4

C’est sans doute la plus simple de toutes les crèches exposées. Le quartz noir fait office de fond et de cadre à deux palmiers et à «seulement» neuf personnages: aucun paysage, aucun détail merveilleux, aucune perspective particulière ou refuge secret. Aucune exhibition de sa technique. La vraie beauté de cette crèche apparait dès que l’œuvre est illuminée: le quartz, derrière les personnages, devient une fascinante nuit étoilée.

»La plus précieuse: une crèche au Vatican

En 1992, à l’occasion de la visite du pape Jean-Paul II à Castellammare di Stabia, Don Antonio décide de lui rendre hommage avec l’une de ses crèches. D’habitude réservé et réticent à montrer ses minuscules œuvres, nous le voyons ici sourire timidement au moment d’offrir sa création. La crèche, contenue dans une géode de quartz noir, est encore aujourd’hui au Vatican. Sa “jumelle”, soit la seconde moitié de la même pierre, se trouve quant à elle au Museodivino de Naples.

Oeuvre n.4

C’est sans doute la plus simple de toutes les crèches exposées. Le quartz noir fait office de fond et de cadre à deux palmiers et à «seulement» neuf personnages: aucun paysage, aucun détail merveilleux, aucune perspective particulière ou refuge secret. Aucune exhibition de sa technique. La vraie beauté de cette crèche apparait dès que l’œuvre est illuminée: le quartz, derrière les personnages, devient une fascinante nuit étoilée.

»La plus petite: la graine de chanvre

En 1988, dans le journal «Il Mattino» parait un article intitulé «Les crèches dignes du Guinness des Records». Au premier plan, Don Antonio adressait un sourire paternel à l’une de ses créations. Juste quelques mots sur son histoire, beaucoup d’éloges pour ses oeuvres, et aucune mention de ses sculptures dantesques. Des projets en vue? Une graine de chanvre contenant la Nativité. Et voilà que trente ans plus tard, sur la base de ce titre qui n’était peut-être qu’une blague, la crèche contenue dans une graine de chanvre est effectivement candidate au Guinness des Records. Le résultat est encore incertain, mais cela importe peu aux visiteurs de Museodivino. Une fois la loupe “classique” et la lampe torche abandonnées, et à l’aide d’une loupe beaucoup plus puissante, l’oeil incrédule se pose sur les détails du chapeau et des cheveux de Joseph, du voile de Marie et de l’auréole de l’Enfant Jésus.

Oeuvre n.5

La crèche contenue dans une graine de chanvre apparait comme un défi lancé aux capacités humaines, mais elle n’est peut-être pas née avec l’intention de «se dépasser soi-même». La clé de l’œuvre se trouve plus probablement dans la parabole évangélique du grain de sénevé

»Secrets: détails, paysages cachés et significations.

Les crèches de la Collection Same sont remplies de secrets. Mais attention: Dan Brown n’a rien à voir dans tout ça. Rien d’ésotérique, de mystique ni d’hermétique. Ici, le secret est un jeu, une plaisanterie qui ne se révèle qu’à ceux qui veulent bien la découvrir. Museodivino propose donc le même jeu aux visiteurs du site. Lorsque vous viendrez, essayez de trouver…

L’ange blanc

La ville caché

La lumière qui marche

La terre du Vésuve

L’homme en équilibre

Les petites lunettes

«Nous avons été charmés» : enfin une exposition

Après la première exposition complète des crèches de Don Antonio, l’exposition «Les crèches dignes du Guinness» a donné durant quelques années la possibilité au public d’accéder à la Collection Same sur réservation. L’enthousiasme et l’approbation unanimes des visiteurs a renforcé le projet Museodivino pour la valorisation et la conservation de ces minuscules œuvres d’art, qui seraient autrement tombées dans l’oubli. Aujourd’hui, les œuvres complètes de Don Antonio (pas seulement les crèches mais aussi la Divine Comédie sculptée dans une coquille de noix) sont visibles tous les jours à Naples. Nous remercions donc nos «voyageurs enchantés» qui, au fil des années, ont soutenu avec leurs commentaires et leurs avis positifs cette exposition, qui a ensuite évolué jusqu’à devenir le projet permanent Museodivino.

Les visites des crèches sont accompagnées d’approfondissements sur l’histoire de la crèche napolitaine. Elles se déroulent en italien, en anglais et en français. Avec un léger préavis, nous organisons également des visites en espagnol, en allemand et en russe.

Enfants, Ados, Écoles

Les enfants sont les bienvenus: la structure-même de la partie “crèches” du Museodivino est pensée pour eux. Même les plus jeunes sont munis d’une loupe, tandis que les plus grands devront retomber en enfance. Nous organisons et promouvons des ateliers sur la patience, le silence et la concentration: trois éléments sans lesquels Don Antonio n’aurait jamais pu réaliser ses minuscules oeuvres d’art.

Infos

Les visites de la Divine Comédie et les crèches de la Collection Same ont lieu tous les jours. L’entrée est gratuite, avec une participation libre.

Voir nos avis

TARIFS

Entrée gratuite, participation libre

HORAIRES

Tous les jours de 10h à minuit

Contacts

+39 339 464 0080

info@museodivinonapoli.it

instagram

facebook

Photo credits © GiorgioCossu / Museodivino. 
Associazione Culturale 
“Progetto Sophia. Donne verso la Bellezza”  sede operativa Via San Giovanni Maggiore Pignatelli 1b. P.Iva: 09225691212